île d’Arz

12 mars 2012

http://www.finist-mer.fr/ile-d-arz/ile-d-arz-_R_200_23_.htm
En 2012, pour se rendre sur l’île d’Arz, Qu’une seule compagnie :

Bateaux-Bus du Golfe

 

Renseignement et réservation au 02 97 44 44 40 ou cliquez sur le lien ci dessus

 

 

 

 

 

 

Le Festival de la vedette à pasagers de saint Malo 2010

12 janvier 2011

Les Départs de course sont toujours des moments idéaux pour voir naviguer ensemble une grande partie de la flotte de navires à passagers du coin.

Pour cette dernière édition de la route du Rhum, pas moins de 80 navires de ce genre étaient de la partie.

Extrais ……

 

dscn6881.jpg On làche les fauves !

 

dscn6889.jpg Le RIvage (vedettes de l’odet)

 

dscn6992.jpg Melvan et André Colin

 

dscn7072.jpg Fou de Bassan

 

dscn7082.jpg Enez Houad

 

dscn7086.jpg Enez Houad devant le Pont Aven

 

dscn7096.jpg

 

dscn7110.jpg Chevalier Arlequin et Nevez Amzer

 

dscn7112.jpg

 

dscn7133.jpg

 

dscn7155.jpg Nevez Amzer (finis’t mer) devant le pont Aven

dscn7166.jpg 2 de la série des 3 « rivage »

dscn7174.jpg Tous ne rentreront pas dans le SAS !

 

dscn7175.jpg Le Troisième de la série des 3 rivage « Enez Edig »

 

dscn7180.jpg Jaques Cartier

dscn7182.jpg

dscn7188.jpg Enez Edig

 

Ci vous êtes un armateur (ou autre) et interssé par des photos de vos navires…il y en a encore 300 dans mon disque dur !!!

Ne pas hésiter à me demander …c’est gratos !

Gourinis…les Sisters ships retrouvés

10 janvier 2011

16563716139750676431184301051313881687285010n.jpg                      ksundnorgehem.jpg

Après quelques mois de recherches intensives sur la toile, j’ai retrouvé la trace des 3 sisters ships de notre regrété Gourinis .

Tous furent  contruits aux chantiers Norvegiens de Kvaerner fjellstand .

Au total , 4 coques identiques, vous reconnaitrez la différence entre les 2 types de finitions.

Le premier de la chaine fut le Bortind acquis en 1987 par la Compagnie morbihanaise et Nantaise de naviguation et rebaptisé Gourinis.

Le Second fut le Biskopsbussen , identique au premier, il quitte vite la Norvège pour la Suede ou il prendra le nom de Kostersund .

kostersund.jpgKostersund

kostersund19801.jpgKostersund

Il Naviguera durant plus de 20 ans pour la compagnie Koster Marin.

en 2006, il rejoint les côtes sud de la Suède et devient le « SUND ».

 sundisandhamn2008083034115784.jpgSUND

 

Il Navigue toujours à ce jour entre le port de Torekov et les îles de Hallands Vadero. 2 moteurs diesel Détroit propulse ce navire depuis son lancement .

J’ai moins d’infos sur les 2 autres navires, mais il ce pourrait que l’un fut le Brimrun.

 

brimrun.jpgBrimrun
oceancat.jpg Oceancat

Ce Navire s’appelle aujourd’hui le Oceancat, et il navigue comme navire à passagers dans l’Est de L’Angleterre. son port d’attache étant Lowstoft

. 4920209925842196a3a3.jpgOceancat

et le Dernier, c’est le M/S Manger.

Il a fait sa carrière en Norvège, et je sais pas ce qu’il est devenu aujourd’hui ?

 

img462x262.jpg

 

Voilà… pour moi le plus chouette reste quand même le premier, à savoir le « Gourinis », et ci parmi vous il y a des possesseurs de jolie photos de ce dernier, ne pas hésiter à me le faire savoir ..(j’aimerais bien trouvé des photos de la passerelle qui me rappellera pas mal de souvenirs d’enfant )

 

 

92gourinis.jpgGourinis

 

« le Gourinis »

25 mai 2009


Le « Bortind » dernier né de la flotte saltens dumskibsselskab en 1983
d292.gif

 

d293.gif

Le « Bortind » au large de la Norvège en 1982
d294.gif

 

gourinis.jpg
gourinis.jpg

 

2583625360055104818ojwukrfs.jpg

 

2351100450055104818farfkzfs.jpg

 

2135319160055104818clexmafs.jpg

 

2072659460055104818ufkjeofs.jpg

montage1.jpg

prochainement  , vous aurez le droit à toutes les photos des sisters ships du « gourinis » car il parait qu’il en a 1 ou 2 !! .

Nostalgie …

24 octobre 2008

Guerveur

183guerveur21986.jpg

 

2553321600055104818eatmflfs1.jpg

 

navires781.jpg

 

Kreiz er mor

2845406880055104818ymwnhafs.jpg

 

97kreizermor.jpg

Acadie

2560163870055104818pjlpdcfs.jpg

 

navires837.jpg

Jean pierre Calloch

185jeanpierrecalloch5.jpg

 

186jeanpierrecalloch.jpg

 

188jeanpierrecalloch.jpg

Acadie , Belle île , Kerzo

2841176450055104818ffhyhpfs.jpg

Acadie , Belle île

navirescp1.jpg

credit photos : via-images.com

[compagnie du golfe] Chevalier arlequin

24 octobre 2008

va0517818361px501wouestfrance.jpg

Construit par les chantiers Glehen à Douarnenez en 2008

La Compagnie du golfe compte un navire de plus. Le « Chevalier Arlequin », du nom d’un oiseau du bord de mer, entrera en service lundi et assurera durant tout l’été les croisières découvertes du golfe du Morbihan avec escale à la carte sur l’Ile d’Arz. Ce bateau de 28 m de long et 8 m de large, est un monocoque en aluminium construit par les chantiers Glehen de Douarnenez (Finistère).

278 passgers en places assises

Sa construction a duré huit mois. Il peut transporter 278 passagers en places assises

 

dscf3226.jpg

 

p220409134901.jpg

Devant Séné lors de son convoyage des chantiers jusqu’à son port d’attache .

dscf3224.jpg

 

dscf3222.jpg

 


 

dscf3219.jpg.
Credit photos : J Cardey , Ouest France pour la vignette

[compagnie du golfe] Enez houad

24 octobre 2008

Construit par les chantiers Glehen , Douarnenez en juin 2002

Armateur « Véolia Compagnie du golfe »
Navire à passagers en aluminium
196 places
Longueur 26,20 m
Largeur 6,65 m
20 Nd en charge
Suivi de contruction BUREAU VERITAS
Motorisation 2 MTU 16V2000
Puissance motrice 2 * 1555 CV

dscf3077.jpg

p200409082801.jpgp2004090828.jpg

dsc00053.jpg

A couple du « Chevalier Arlequin » à Quiberon

dscf3055.jpg

 

dscf3051.jpg

 

dsc00073.jpg

Timonerie

dscf3064.jpg

Salle des machines

dsc00036.jpg

A Vannes

2205081527.jpg

Au mouillage devant Sauzon

crédit photos : J Cardey

[Navires Cie Océane] Locmaria56

24 octobre 2008

construit par : Kvaerner Fjellstrand, Singapour

Armateur propriétaire: Conseil Gal Morbihan
Armateur Gérant: Compagnie Océane
Tonnage brut: 478 ums
Capacité passagers: 376
Longueur: 40 m
Largeur: 10,10 m

moteur : 2 x 3500 cv MTU

Vitesse 31 noeuds

dscf3200.jpg

Départ de Sauzon

cidf7b1ddea27054b8b81f61865ce0cdf77.jpg

Devant le Crouesty

dscf3198.jpg

Evitage dans le port de Sauzon

dscf1721.jpg

Console Machine

dscf1717.jpg

Timonerie

dscf1719.jpg

Les manettes Kamewa

vg9u5783.jpg

Entre Quiberon et Belle île

z7h4574.jpg

Passage entre le Bangor et le Vindilis

z7h4579.jpg

 

vg9u5645.jpg

Evitage à Palais

vg9u5881.jpg

 

 Credit photo : P Plisson , J Cardey , J Roulin .

La mise à l’eau du « île de groix »

8 février 2008

dscf2634.jpgl

 

dscf2637.jpg

 

dscf2646.jpg

 

dscf2651.jpg

 

dscf2654.jpg

 

dscf2590.jpg

 

dscf2628.jpg

 

dscf2631.jpg

 

dscf2586.jpg

 

dscf2617.jpg

 

Photos (Jeff Cardey)

Remerçiements à Aker Yards pour l’acces.

[SMN] « Gourinis »

10 décembre 2007

                   dscf0336.jpg

Le 29 avril 2007, au large de Quiberon, Le Gourinis, Navire à passagers apartenant à la Sociétée Morbihannaise de Navigation fait Naufrage .

Le Gourinis coule à La Teignouse : tous sains et saufs Les 29 passagers et les 4 membres d’équipage ont pu quitter le navirequi a sombré dans la nuit. L’accident, survenu lundi, serait dû au brouillard. « Ouf ! Cela aurait pu être pire. Mais les choses se sont bien passées, dans le calme ». Les passagers du Gourinis, catamaran à passagers assurant lundi à la mi-journée la liaison entre l’île de Houat et Quiberon, a talonné à 12 h 40, sur les récifs des Trois-Pierres. Selon les témoignages des passagers, une brume de chaleur venait brusquement d’envelopper la baie de Quiberon. Le navire aurait, selon eux, effectué au dernier moment, une rotation sur la droite pour éviter les rochers, mais n’a finalement pu le faire, son flotteur tribord étant sérieusement endommagé, ce qui a provoqué une voie d’eau. Évacuation dans le calme L’évacuation des vingt-neuf passagers par les quatre membres d’équipage a été rapide en quinze minutes à peine, effectuée dans le calme. Ils ont mis leur gilet de sauvetage et ont pu gagner les quatre radeaux de survie, avant d’être récupérés pour l’essentiel d’entre eux (deux personnes choquées ont été ramenées en vedette rapide), par le Vindilis, le courrier assurant la liaison Belle-Ile – Quiberon, qui s’est dérouté. La mer était calme, avec juste en peu de houle, et les opérations de secours en ont été facilitées. Arrivés à Quiberon, les rescapés ont été accueillis au poste de secours avancé installé à la gare maritime, pris en charge psychologiquement par les pompiers. Pas de traumatisme physique parmi ces passagers, mais tout de même, pour certains, un choc psychologique, parfois après-coup. En mer, tout a été fait, mais en vain, pour sauver le Gourinis, une unité de 25,66 m de long, de 9,10 m de large, qui a une capacité de 194 passagers, et une vitesse maximale de 25 noeuds. Un navire rapide, construit en Norvège en 1979, toujours en parfait état avant cette avarie, mais qui a connu bien des péripéties, dont le propriétaire est le conseil général du Morbihan, et l’armateur gérant la Compagnie morbihannaise de navigation. En dépit de la rapidité d’intervention de la SNSM, des pompiers, de la vedette des Douanes, il a rapidement pris de la gîte, et son remorquage jusqu’à La Teignouse, pour le rapprocher de Quiberon, en milieu d’après-midi, a dû être interrompu. Tout le monde craignait que seule la poupe surnageant, l’unique poche d’air le maintenant à flot lâche. Déjà considéré comme une épave, il a donc été calé à un fond rocheux non loin du phare. Une situation délicate qui indiquait bien que les espoirs de sauver le Gourinis étaient faibles. Il a coulé dans la nuit de lundi à mardi et gît par vingt mètres de fond. Il y a peu de risques de pollution sur le site, car le catamaran fonctionnait au gasoil, très fluide et donc volatile s’il venait à la surface de l’eau, où ont été constatées quelques traces d’irisation. Il reste désormais à étudier les possibilités de renflouage, sans que la compagnie, sommée de faire cesser tout danger de circulation maritime sur la zone, par la préfecture maritime de Brest, ne puisse encore apporter de précisions, hier, le 1er mai étant jour férié.  Ouest-France 

                                              dscf0379.jpg

Paru dans l’édition du mercredi 2 mai 2007 Courrier d’Houat coulé : pas de poursuites 

Le Gourinis avait heurté un récif lundi. Les 29 passagers et les 4 membres d’équipage sont saufs. Le commandant ne sera pas inquiété. « Il s’en est fallu de peu pour que l’accident ne tourne au drame.» Lundi, à 12 h 40, le Gourinis, catamaran de 196 places venant de l’île d’Houat (Morbihan), a heurté le récif des Trois-Pierres, à un mille du port de Quiberon. Il y avait 29 passagers à bord. Ils ont pu être évacués, en quinze minutes, sur les radeaux de survie, puis recueillis par le Vindilis. Cet autre bateau de la Société morbihannaise de navigation (SMN), qui effectuait sa liaison entre Belle-Ile et Quiberon, a dû être dérouté en urgence. Personne n’a été blessé, et un réel soulagement régnait, lundi après-midi, au poste de secours avancé mis en place à Quiberon. Les passagers, des insulaires de Houat, mais aussi des résidants secondaires et des touristes, assurent que l’évacuation par l’équipage a été « très efficace ». Selon eux, l’accident est sans doute « dû à la levée d’une brume de chaleur » dans la baie de Quiberon, phénomène météorologique bien connu localement. Une simple fortune de mer D’importants moyens ont été déployés pour sauver le navire en difficulté, dont le flotteur tribord avait été gravement endommagé, avec une gîte importante. Une tentative de remorquage a été amorcée jusqu’au phare de la Teignouse, afin de le rapprocher du port quiberonnais de Port-Maria. En vain. La situation du Gourinis était trop délicate, seule la proue surnageant en surface. Ce catamaran de 25,66 m, construit en 1979, en Norvège, a été calé sur un fond rocheux par les vedettes de la SNSM et des Douanes. Mais il a coulé par vingt mètres de fond, dans la nuit de lundi à mardi. Hier, la préfecture maritime de Brest a enjoint l’armement SMN, auquel ce navire est confié pour mission de service public par le Conseil général du Morbihan, d’enlever l’épave dans les meilleurs délais. Le renflouage serait donc à l’étude. Que s’est-il passé ? L’enquête a été confiée par le parquet de Lorient à la brigade territoriale de gendarmerie de Quiberon. Le capitaine du Gourinis a été entendu, hier. « C’est un professionnel aguerri qui fait ça depuis 20 ans. Il n’était pas en état d’ivresse », a expliqué le vice-procureur de Lorient, Philippe Coindeau, qui a décidé de n’engager aucune poursuite judiciaire. L’accident est mis sur le compte « d’une forte brume. » Et au choix d’une route plus délicate. « Bien souvent, le courrier prend un raccourci près des roches, que l’on appelle «la Route des pêcheurs». Elle n’est sûre que pour ceux qui la connaissent vraiment », explique un Houatais qui emprunte souvent la navette. Toutefois, le Gourinis était autorisé par la SMN, en cas de beau temps, à emprunter ce raccourci, a expliqué le vice-procureur.Le capitaine « ne sera donc pas poursuivi ». Le naufrage est à classer dans les fortunes de mer. 

Restent les questions d’argent. La Société morbihannaise de navigation a justement rendez-vous, aujourd’hui, avec son assureur. Le Gourinis devait être remplacé par un autre catamaran en 2009. Le conseil général du Morbihan va devoir accélérer la procédure. En attendant, un bateau de la Navix, le Kerpenhir, a pris, dès hier matin, le relais du Gourinis, pour assurer la liaison entre Quiberon et Houat.

Voici une vidéo regroupant photos du navire avant et après son naufrage 

Image de prévisualisation YouTube

 

OUEST France DU 2 MAI 2007 « Un gros choc », mais les passagers n’ont pas paniqué Débarqués du Vindilis, qui s’est dérouté de sa liaison Belle-Ile Quiberon, afin de recueillir les rescapés, par une échelle de coupée donnant sur une petite porte latérale de la coque, 27 passagers ont pu quitter les trois canots de survie (deux autres personnes _une dame et sa fillette_ ont été évacuées sur une vedette), et gagner le port de Quiberon pour se remettre de leurs émotions.  Ils y ont été accueillis à un poste avancé de secours, installé à la gare maritime, où la Compagnie morbihannaise de navigation a pris soin de leur servir des sandwichs et des boissons fraîches, le temps que l’on rapatrie leurs bagages, eux aussi sauvés des eaux. D’un avis général, il n’y a pas eu de panique à bord. Pierre Masella, 49 ans et son épouse Odile, 53 ans, d’Angoulême, rentraient d’une petite séquence de travaux dans la maison familiale à Houat. « Je suis habitué à ce voyage, depuis tout petit. Sans jamais aucun problème, note Pierre. Ces cailloux sont quand même connus, ils sont là depuis longtemps. D’abord, il y a eu un banc de brouillard assez subit. A un moment, le bateau a viré brusquement sur la droite, et on a vu des rochers affleurer sur notre gauche. Il y a eu un gros choc et on a été un projetés vers l’avant. Les marins ont bien essayé de mettre les pompes de cale en route. Mais c’était déjà trop tard, il y avait déjà de l’eau. » Odile ajoute : « Cela fumait. L’équipage a alors mis les bombards à l’eau, et nous avons, tant bien que mal car il y a beaucoup de ficelles, enfilé les gilets de sauvetage. L’équipage a été très efficace. Heureusement, car il y avait beaucoup d’enfants à bord ».  Dans la salle, Chantal Jaffré, 53 ans, et sa soeur Marie-Pierre, 46 ans, de Cléguer, paraissaient un peu prostrées, assises l’un près de l’autre. « On a passé le week-end sur l’île, et pour rentrer il faisait beau. Le choc a eu lieu à 12 h 40. Le bateau s’est brusquement arrêté. On a suivi les consignes et mis les gilets de sauvetage, avant d’aller dans les canots ». L’une a pu le faire d’elle-même, l’autre a été portée. « On n’a pas eu vraiment peur, mais il y a le contrecoup ». Dominique Dallier, 57 ans, est une îlienne d’adoption depuis 30 ans. Elle rentrait avec son petit-fils, Jean, âgé de 7 ans, un peu perdu dans l’effervescence. « Avant d’arriver sur les rochers, le bateau a fait un angle droit, sinon on fonçait droit dessus. Finalement, tout s’est bien passé et on ne s’est pas senti en danger. J’avais plus peur pour le petit ». Elle ajoute que dans le poste de commandement, le capitaine était blême. Même avis de Sylvia, sa belle-fille, qui habite dans l’Eure, qui surveillait les trois autres enfants du groupe, dont son fils Noah, âgé de deux ans et demi. « Il ne s’est rendu compte de rien ! » Pas plus que Jean et Édouard, ses cousins. Jacques Audrain, 31 ans, du Tour-du-Parc, présent à bord avec des amis de Rennes et d’Angers, confirme la bonne discipline des passagers. « Tout le monde était serein. Il n’y avait pas la moindre panique. Il sourit : Pour l’anecdote, nous devions partir à 16 h, et finalement on a pris le courrier de 12 h 05 ! »   

                           naufragegourinis07051908xl.jpg                               

Ouest-France 

Le Capitaine du Gourinis a été condamné le Vendredi 7 Decembre 2007 à une amende de 1000 euros pour avoir commis plusieurs erreurs qui ont conduit au naufrage.!!

Naufrage du Gourinis. Le capitaine condamné
Sept mois après le naufrage du Gourinis, qui avait sombré au large de Quiberon, le capitaine du navire à passagers s’est retrouvé, hier, à la barre du tribunal commercial maritime (lire ci-dessous). Poursuivi pour une série de fautes et de manquements qui ont conduit à cet accident de mer, il a été condamné à une amende de 1.000 €.
Le 30 avril 2007 à 12 h 10, le Gourinis appareille de l’île d’Houat avec 25 passagers à bord. La mer est calme et la visibilité est bonne. La traversée vers Quiberon s’annonce paisible pour le capitaine qui assure les rotations sur cette ligne depuis le début du mois. Mais, à hauteur du passage de la Teignousse, situé à mi-route, les conditions météorologiques se dégradent brusquement. « Je me suis retrouvé face à un mur de brouillard. Je n’avais jamais rencontré un tel phénomène », se souvient le patron expérimenté, âgé de 50 ans, salarié de la Société morbihannaise de navigation (SMN) depuis 2002.
De nombreux écueils dans le passage
« J’ai vu de trop près la tourelle des Trois pierres », ajoute-t-il. Il manoeuvre pour s’en éloigner mais le navire talonne l’un des nombreux rochers qui affleurent dans cette zone. À 12 h 50, dix minutes après le choc, il alerte le Crossa Étel. La voie d’eau est importante et le bateau prend de la gîte. Le capitaine décide de faire évacuer les passagers. Le navire dérivera ensuite jusqu’à 17 h avant de sombrer. « Je n’ai pas commis d’erreur de navigation mais une faute de manoeuvre. Je n’étais pas habitué aux commandes très sensibles. Le bateau a fait une embardée à bâbord », admet le commandant de bord. S’il n’a pas subi de procédure disciplinaire au sein de son entreprise, l’enquête des Affaires maritimes a relevé une succession d’erreurs qui ont provoqué le naufrage. Le Gourinis a emprunté le passage de la Teignousse alors que les instructions nautiques recommandent de l’éviter surtout lorsque les conditions sont mauvaises. Les écueils y sont nombreux et cette route ne permet pas de mettre le bateau au mouillage en cas d’urgence.
Des impératifs commerciaux
« Tous les navires de la SMN empruntent cette voie pour rallier Houat et Hoëdic », précise le capitaine. Et depuis le naufrage, les habitudes n’ont pas été modifiées. « L’exception devient la règle dans la compagnie. Les démarches empiriques reposent sur les épaules des capitaines », note le président en faisant observer que les mises en garde formulées dès 2005 par les Affaires maritimes n’étaient pas respectées par la compagnie. Mais cet itinéraire dangereux répond à des impératifs commerciaux. « Il permet de tenir les horaires avec un gain de temps de dix minutes », indique le capitaine qui n’aurait pas suffisamment ralenti la vitesse malgré le brouillard. « Sa responsabilité est engagée dans le talonnage et le naufrage. Mais à sa décharge, il était suppléant sur cette ligne et n’avait pas été informé par l’armement des dangers de cette route. De plus, il est difficile d’assumer en même temps une veille nautique et la manoeuvre », rappelle le commissaire rapporteur qui a requis trois mois de prison avec sursis. Le tribunal l’a reconnu coupable tout en lui accordant « d’importantes circonstances atténuantes ». Il a été condamné à 3.000 € d’amende dont 2.000 € avec sursis.

 

20070502mhn505m141a.jpg